Grâce au wwoofing, il est possible de vivre une expérience différente de celle de la ville. Être à l’extérieur est la principale activité et les tâches sont diverses et variées. Je vous présente mon expérience au Portugal, dans le petit village de Avó.

Marianna et Helder, une belle rencontre

Faire la connaissance de quelqu’un, notamment à l’étranger, est une première étape vers l’Autre.

Juste avant de se retrouver, je me demande toujours si l’on va se reconnaître, si le feeling va passer, si je vais trouver les mots.

Quand je suis descendue du bus qui m’amenait de Lisbonne à Vendes Galizes, il faisait déjà nuit. Marianna est arrivée vers moi avec un immense sourire, ses cheveux blond-blancs détachés, et les bras grands ouverts. « Marianna ! » Ai-je dit… Et on s’est embrassé comme si nous étions deux bonnes vieilles copines !

Quelques minutes plus tard, Helder avançait la voiture, une vieille Opel remplie de trésors (un tourne-disques entre autre), et descendait me saluer avec un grand sourire lui aussi… Mais avec un peu de retenue, c’est dans sa nature.

Marianne et Helder, deux hôtes courageux

Marianne et Helder, deux hôtes courageux

Elle, est hollandaise ; lui, portugais. Elle a 66 ans et lui 60, avec une pêche d’enfer ! Helder bosse dans le bâtiment comme beaucoup de ses compatriotes portugais. Il part tôt le matin et revient souvent tard le soir. Marianna s’occupe à 200% de la maison. Ils ont tous deux 3 enfants qui habitent un peu partout sur la terre, parfois très loin comme en Nouvelle-Zélande.

Ils aiment tous les deux la musique, celle des années hippies mais aussi le jazz. Helder joue de la trompette d’ailleurs ! Il ne manque pas une occasion pour écouter un morceau dès que nous rentrons à la maison, après une journée de labeur.

Une ferme sur les hauteurs d’Avó pour un wwoofing au Portugal

Juste après le ville d’Avó, au centre du Portugal, il faut encore grimper quelques mètres dans la colline pour accéder à la ferme.

Ferme au Portugal

La ferme de Marianna et Helder sur les hauteurs du village de Avó

Avant octobre 2017, Avó était un magnifique petit village, prisé par les touristes car proche de la Serra da Estrela (la montagne de l’étoile), la plus haute du Portugal.

Mais le terrible incendie d’Octobre 2017 a rendu les alentours et les habitations à leurs plus tristes atours. Beaucoup ont perdu maisons, matériels, animaux et certains ont même perdu des amis.

Comme Marianna et Helder, tout est à reconstruire. D’une ferme qui était entièrement dédiée à la permaculture, ils n’ont pu sauver que quelques vestiges et les murs en pierre.

\n

Vestiges d'un incendie

Une assiette et un verre que l’incendie de 2017 a épargné.

A force de courage et de patience, leur maison est à nouveau habitable. Mais les nombreuses terrasses qui auparavant donnaient fruits, légumes, vins, liqueur, bois, ont été ravagées par les flammes.

Juste après l’incendie, mes filles m’ont demandé ce dont j’avais besoin et j’ai répondu, une brosse à dent… C’est drôle, non ? Me confie Marianna.

La ferme fait environ 5 hectares, entièrement sous forme de terrasse. Près de 230 arbres dont au moins 150 fruitiers, jonchaient en cascade auparavant.

Alors le temps est au défrichage, plantations et reconstruction.

Le wwoofing, un terrain de travail jamais à l’arrêt

Ma venue est donc fort appréciée pour aider à de nombreuses tâches en extérieur : défrichage des jardins, plantations de légumes, débroussaillage de la forêt, peinture …

Un petit aperçu en images

Culture d'asperges au Portugal

Culture d’asperges au Portugal

La forêt noire après l'incendie qui reprend petit à petit ses droits

La forêt noire après l’incendie qui reprend petit à petit ses droits

Plantation de pomme de terre

Plantation de pomme de terre avec Antonio, un ami de la famille

Planche de bois à traiter avec de la peinture

Planche de bois à traiter avec de la peinture

Coupe de bois pour construire des abris

Coupe de bois pour construire des abris

Travail de défrichage de la forêt

Travail de défrichage de la forêt

Arbres en devenir

Arbres en devenir

Travail de défrichage de la forêt

Travail de défrichage de la forêt

Travail de défrichage de la forêt

Travail de défrichage de la forêt

En somme, osons aller vers l’Autre, lui tendre une main, lui dire un Olà, lui souhaiter une bonne journée, lui faire juste un sourire quand les mots manquent… Vous verrez qu’en retour, on ne pourra que vous le redonnez !